MMPR saison 4, épisode 6 : La soumission de Pluton

    Partagez
    avatar
    KL44
    Mighty Morphin Ranger
    Mighty Morphin Ranger

    Masculin Lion Dragon
    Messages : 73
    Date de naissance : 19/08/1988
    Date d'inscription : 24/01/2015
    Age : 30

    MMPR saison 4, épisode 6 : La soumission de Pluton

    Message par KL44 le Dim 30 Déc - 21:48

    Bonsoir à toutes et à tous.

    Voici les premières lignes du sixième épisode de ma fan-fic, ayant pour thème la première génération de Power Rangers. Suite à un bond dans le temps et un retour en arrière orchestrée par l'invention de Finster, les Rangers sont revenus avant la première destruction du Centre de Commandes et les batailles contre les forces maléfiques ont repris de plus belle. Renforcés par Sariu, prince plutonien et allié de choix, la Terre est malmenée et Angel Grove se retrouve mal en point.

    Ce résumé retrace les péripéties des précédents épisodes. Voici le prologue du sixième.
    Bonne lecture...

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------

    LA SOUMISSION DE PLUTON


    PROLOGUE
     
     
       «  Bonjour, je suis Chris Dorniez, et je vais vous présenter les dernières actualités locales d’Angel Grove. Et bien entendu, comme tous les jours depuis pratiquement deux semaines, nous revenons avec cette édition spéciale sur les derniers évènements et la progression des ennemis extra-terrestres se prétendant plutoniens.
    Après une escalade de violence hier dans le parc à proximité du lycée public, et ayant causé la mort de dix militaires et de trois civils dont un jeune homme de dix-neuf ans, l’armée des plutoniens a pris le contrôle total de l’aérodrome local. Tous les vols sont déroutés vers Los Angeles ou San Diego.
    Les forces aériennes des Etats-Unis d’Amérique sont toujours en alerte et nous venons de l’apprendre, elles ont réussi à abattre un appareil ennemi à proximité de la chaîne montagneuse sur la route de Hill Valley. Le président a annoncé que des renforts militaires débarqueraient dans les prochaines heures. D’ici là, nous espérons que nos six héros locaux auront repris du service car nous sommes actuellement sans nouvelles de… »
     
       Puis l’écran de télévision derrière la grande vitrine de la boutique s’éteignit, une nouvelle fois.
    Une énième coupure de courant avait eu raison des appareils électriques et de l’éclairage public vacillant.
     
       Qu’importe. Pas une âme ne suivait les programmes de l’unique téléviseur présenté dans cette supérette spécialisée en petit électro-ménager, et partiellement pillée.
     
       Les rues étaient désertes. Depuis treize jours, la ville d’Angel Grove était sous occupation.
    Pour les habitants, il était évident que l’absence de justiciers avait permis aux monstres de s’accaparer le territoire convoité depuis plusieurs années.
    Pour les habitants, les aliens de tous types qui défilaient en rang par centaines ou qui agissaient en petits comités faisaient peur et instauraient un climat d’insécurité encore jamais connu.
     
       Et pourtant, Angel Grove en avait connu des attaques.
    Les citoyens gardaient en mémoire, la première apparition du grand dragon bipède au métal résistant à l’eau, sortant des abysses et détruisant la zone portuaire et blessant quelques dockers.
    Mais le dragon s’était retourné contre ses alliés lunaires et avait rejoint le parti du bien.
     
       Il y avait aussi eu cette mise en quarantaine dans une dimension parallèle lors d’une grande fête à la maison des jeunes : une expérience traumatisante, mais avortée par les cinq héros de la ville.
     
       Une autre fois, les robots de ces mêmes héros défendant la bonne cause avaient été anéantis et détruits par un immonde mutant au squelette apparent.
     
       La catastrophe irréversible avait été maintes fois frôlée, mais jamais le mal n’avait vaincu le bien.
    Jusqu’à récemment.
    En témoignait ce groupe de soldats à la peau jaune et aux uniformes noirs métalliques, qui, répartis en huit files de huit sbires armés de bâtons, ne ménageaient pas leur concentration pour marcher au rythme de leur leader aux grades postés sur le poitrail recouvert d’un cuir brillant.
     
    Point de chant militaire ni de sourire sur les visages neutres des plutoniens. Ils marchaient sans frémir vers un campement et ils passèrent devant la boutique de télévision.
    Ces défilés étaient devenus le quotidien d’une ville meurtrie et endormie, isolée du reste du monde.
     
       Le groupe poursuivit tout droit et passa devant un fourgon de vente de glaces, stationné à cheval sur le trottoir. L’énergie électrique réalimentait peu à peu le quartier et les feux tricolores firent clignoter la couleur orange. Une demi-douzaine de chiens errants réglait son compte à une poubelle éventrée, délivrant des tranches de bacon au bord de la moisissure.
     
       Le démarrage soudain du fourgon de glace effraya les canidés amaigris par la crise en cours.
    Le vieux Ford dégagea un épais brouillard de fumée et fonça vers les aliens qui, pour une moitié, n’avait pas eu le réflexe de s’écarter du passage de l’engin.
       - Véhicule motorisé droit sur nous ! SORTEZ DE VOS RANGS, GO GO !
    Le fourgon fou zigzagua afin de percuter le plus de plutoniens possibles. Mais l’un d’eux eut un réflexe rare en lançant son puissant bâton dans la jante de la roue arrière, freinant brusquement sa rotation et l’entraînant dans une embardée prenant fin contre une boîte aux lettres.
    La course du fourgon avait décimé quarante ennemis, et cinq étaient blessés. Le lieutenant et leader prit les devants et alla vers le véhicule échoué, au moteur fumant encastré dans le mobilier urbain. Il en ouvrit la portière côté passager qui lui resta entre les mains au vu des dégâts : il la balança derrière lui. Fou de rage, il attrapa le passager par le col mais ce dernier n’avait pas survécu à la collision. Il alla attraper la conductrice qui était encore consciente malgré une arcade sourcilière gonflée. Il la sortit du poste de conduite et la tint au-dessus du sol, les pieds à plus de vingt centimètres des pavés :
       -  Tu sais ce que je brise aux petites sottes dans ton genre ?
       - Fais ce que tu veux de moi maintenant, sale envahisseur. Tu as perdu la majorité de ta troupe et ça reste une victoire… une victoire des habitants d’Angel…
       - TAIS-TOI !!! TAIS-TOI !!!
    Il lui asséna un violent coup de poing dans le thorax. Les soldats les plus proches avaient pu deviner un bruit de craquement d’os.
    Sans connaissance, la conductrice fut laissée sur la chaussée. Le reliquat des plutoniens se rassembla et alla se réfugier dans une bibliothèque saccagée à la porte grande ouverte.
     
       A proximité du fourgon échoué, un joggeur habillé d’un ensemble de sport gris et muni d’une casquette et d’une paire de gants noirs, termina sa course, préférant aller porter secours à la jeune femme sérieusement souffrante.
       - Restez avec-moi, s’il vous plaît… Serrez-moi la main de toutes vos forces !
    Elle s’exécuta mais la poigne était hasardeuse.
       - Je pense que c’est… trop tard… pour moi…
       - Non, non ! Ne dites pas ça ! Vous avez quel âge ?
       - J’ai vingt-et-un ans… je suis Naomi, et ces bâtards ont tué mon petit frère hier. Je voulais me venger… et j’ai réussi… où est mon cousin ? Où… où est Ben ?
       - Vous êtes seule, mademoiselle…
    Le joggeur jeta un œil dans le fourgon et constata que le dénommé Ben avait rejoint le rang de ceux tombés au combat.
       - Il est encore dans le camion… Ben… Ben !!!
       - Naomi… ne criez-pas, gardez vos forces, vous êtes sérieusement blessée… il faut économiser vos forces vives.
       - Ben… est… mort… c’est ça… il est mort…
    Et elle convulsa avant de perdre connaissance.
       - Naomi… NAOMI !!! Je vous en supplie !
    Il aurait voulu régler le compte aux plutoniens qu’il apercevait encore au loin, mais il devait agir avec raison.
       - Vous le paierez, je vous le promets.
    Il remonta sa manche gauche et appuya sur le bouton de sa montre qui ressemblait trait pour trait à un commutateur de liaison.
       - John à Centre de Commandes. John à Centre de Commandes ! Vous me recevez ?
       «  Oui nous te recevons, John. As-tu réussi à trouver la base de l’escouade qui sème la terreur en ville ? »
       - Leur base non, mais j’ai bien failli les croiser. Ils ont laissé une jeune pour morte ou presque morte sur la route. On peut encore la sauver. Il faut la téléporter !
      «  Oui, John. Il le faut. Prépare-toi à la téléportation, je lance le processus dès que nous t’avons localisé précisément. C’est bon. Fin de communication ».
    John Scott coupa l’émission de signal et se rapprocha de Naomi qui n’avait pas repris ses esprits. Transpirant, il murmura :
       - Merci Zordon. Je serai bientôt prêt. Prêt pour sauver Angel Grove.
    Il pensa à son fils Jason, qui lui manquait terriblement.
    Et ils disparurent de cette rue qui, dans un passé proche, grouillait de vie et de commerces.
    avatar
    KL44
    Mighty Morphin Ranger
    Mighty Morphin Ranger

    Masculin Lion Dragon
    Messages : 73
    Date de naissance : 19/08/1988
    Date d'inscription : 24/01/2015
    Age : 30

    Re: MMPR saison 4, épisode 6 : La soumission de Pluton

    Message par KL44 le Dim 6 Jan - 18:56

    Bonsoir,

    voici le premier chapitre de cet épisode qui se veut plus sombre que les précédents.




    CHAPITRE 1
    Le transfert de troupes
     
     
       Le premier vaisseau quotidien de transport de troupes quitta la vitesse subluminique et amorça sa lente approche vers la Lune. A son bord, rutilait un escadron de forces spéciales plutoniennes composées de quelque deux cents soldats surentraînés et si puissamment armées qu’un millier de patrouilleurs lambda serait annihilé en une fraction de minute.
    Après des milliards de kilomètres parcourus, chacun avait hâte de se dégourdir les jambes et de découvrir la surface lunaire pour la toute première fois.
     
       La phase d’alunissage obligeait un passage en rase-mottes, le long de l’immense serpent d’acier, en phase de démarrage mais sali par les tempêtes de sable, récurrentes ces derniers jours.
    Malgré la toute-puissance des soldats et de leur cuirassé mixte, adapté aussi bien pour le convoi d’unités mais aussi les offensives, Serpentera impressionnait de par son gigantisme. Alors, au moment où les yeux de ce dernier prirent une teinture rouge témoignant de l’allumage des moteurs, tous apprécièrent ce spectacle malgré le bruit assourdissant des turbines de dernière génération, propulsée grâce à un système hybride alliant eau et électricité.
     
       Au pied de la piste, le Seigneur Zedd accompagnait Sariu et ses sbires pour l’accueil des renforts. Le grand leader à la peau jaune se tenait droit, le visage neutre, mais fier de ses hommes.
    Il n’en était pas de même pour Zedd vis-à-vis de ses sous-fifres, dont la maladresse et les défaites cuisantes étaient encore trop fréquentes. Pire, là où il avait échoué depuis tant d’années, Sariu avait réussi avec les honneurs en une poignée de semaines.
     
       Dans l’obscure salle d’entraînement du second étage du palais lunaire, la maléfique Zeo Ranger d’Argent s’adonnait à d’intenses katas, en attendant d’être envoyée au combat. Elle contemplait l’arrivée des soldats de Sariu de sa fenêtre fermée afin de lui préserver une respiration fiable. A son opposée, près de l’entrée de la pièce aux murs en briques spatiales rousses, Goldar ruminait :
       - J’aurai voulu accueillir les plutoniens avec Sariu et le Seigneur Zedd. C’est pas juste ! Je suis déjà prêt ! Je n’ai pas besoin de m’entraîner.
    La Zeo Ranger d’Argent resta silencieuse et poursuivit son enchaînement. Studieuse, elle voulait rester irréprochable pour mener à bien sa lutte contre ses ennemis.
    Elle avait la confiance de ses maîtres…
     
    - Tu as bien travaillé, Ranger. Je suis extrêmement fier de toi. Et même si les gamins de Zordon t’ont causé quelques soucis, cette manche n’était que le prologue à notre victoire.
    - Je… je vous remercie, vraiment, de m’avoir fait confiance. Il n’est pas dans mon optique, ni dans mes projets, de vous décevoir. Je dois éliminer les Power Rangers et je le ferai.
       - Mais je sais que tu vas y arriver. Tu es bien plus puissante qu’eux.
    Telles avaient été les premiers encouragements de Sariu lors de son déploiement sur Terre, aidée du Zeo Megazord et du Dragonzord : sans faire dans la dentelle – à l’inverse de sa lingerie qu’elle rêvait de retirer tant elle aurait aimé se sentir à l’aise et libre de tout vêtement l’espace d’une minute ou deux – elle avait adressé un sérieux revers aux justiciers d’Angel Grove.
    Mais déjà, celle qui dans le civil était connue sous l’identité de Jessica Revlis, avait ressenti le pouvoir du Ranger Blanc :
       - Sauf votre respect, le Ranger Blanc me semble plus fort que ses compagnons d’arme. Il a des techniques dignes d’un grand karateka.
    Elle en avait eu la confirmation : laissé pour mort dans un crash d’avion, Tommy Oliver avait parfait sa légende en survivant à cet accident qu’elle avait provoquée.
       - Je m’ennuie, je m’ennuie ! pesta Goldar.
    La Zeo Ranger d’Argent ne supportait plus les tribulations de son compagnon d’arme.
       - Je devrai être avec Sariu. Je ne devrai pas être ici, enfermé dans ce dojo de l’espace ! Ma place est avec eux !
    Elle lança violemment son boomerang qui vint flirter avec le visage de Goldar, immobile. En une parfaite ellipse, le boomerang revint dans la main du lancer.
       - Tu es complètement folle ! Tu as essayé de me tuer, c’est ça ? Tu es jalouse car Sariu me tient en grande estime ?
    Elle s’approcha de Goldar. Elle retira son casque argenté et colla presque son visage humidifié par la transpiration à celui de l’autre :
       - Ecoute-moi bien, Goldar. Je suis uniquement là pour m’entraîner, afin d’atteindre mon but : retourner sur la Terre, et éliminer notre ennemi commun : Tommy Oliver. Je me fiche de ne pas faire le lèche-bottes auprès de Sariu, ou du Seigneur Zedd, ou de Rita Repulsa. J’obéis aux ordres, c’est tout. On me missionne pour attaquer les Rangers dans un parc, je m’exécute. On me demande de pénétrer dans le Centre de Commandes de Zordon, je le fais. On m’a demandé de faire plonger un avion avec le Ranger Blanc à bord, et j’ai échoué          .
    Elle recula d’un pas, rangea son projectile triangulaire et tendit ses bras en avant pour faire craquer ses doigts.
       - J’ai échoué, Goldar. Toi, tu dois savoir ce que je ressens.
       - Euh, non…
       - Tu en as connu des déroutes. Tu ne te remets jamais en question ?
       - Quoi ? Je ne comprends pas ta question. Je suis assez fort pour battre n’importe qui, et à chaque fois ça ne se joue pas à grand-chose. Les plans de Rita sont foireux. Ceux du Seigneur Zedd un petit moins, mais si je n’y arrive pas, c’est pratiquement jamais de ma faute.
       - Et bien moi je suis désabusée après chaque défaite. C’était déjà le cas avant que je sois une Ranger. Depuis que je suis gamine je refuse l’échec. J’ai beau défendre l’idéologie de mes maîtres, j’ai quelques valeurs !
       - Parce que tu crois que je n’ai pas valeurs ? Je suis Goldar, et si je suis le bras droit du Seigneur Zedd après avoir été celui de Rita, je suis également devenu le bras droit de Sariu !
    Jessica se dirigea vers l’unique fenêtre et regarda au travers : les plutoniens étaient descendus de leur vaisseau et marchaient en cadence derrière Sariu et Zedd, en direction du hall du palais.
       - Le bras droit de Sariu… pourtant, je ne te vois pas en bas avec lui, Goldar.
       - Sariu apprécie mon travail ! Il a une grande confiance en moi ! Il veut sans doute que je jette un œil sur toi.
       - Un œil sur moi ? Tu crois que tu dois me surveiller ? Sariu ne remettrait pas en cause ma loyauté. Mais à ta différence, j’ai conscience de ne pas être sa favorite, ni son petit chouchou. Et alors ? Je m’en moque ! Ce qui m’importe, c’est de réussir les objectifs qui me sont confiés, et les échecs, si regrettables soient-ils, me permettent de progresser, de me surpasser !
    Goldar s’approcha d’elle calmement et lui murmura :
       - Tu ressembles beaucoup à quelqu’un que j’ai connu il y a longtemps. Tu es forte et courageuse, Jessica, et tu me fais penser à celui qui, jadis fut notre allié, et aujourd’hui notre ennemi. Ton ennemi. Il ne rechignait pas au travail et il était pétri de talent. Sa perte, sa trahison, fut un véritable coup de tonnerre.
    Goldar se souvint d’une séance d’entraînement du Ranger Vert dans la dimension noire, après avoir perdu une manche face à Jason Lee Scott, pourtant démuni de ses pouvoirs.
    Jessica Revlis pouvait-elle devenir aussi puissante que Tommy Oliver ? Goldar n’avait pas la réponse, mais au vu de ses talents et de sa progression, la probabilité était permise, d’autant plus qu’elle ne se laissait pas corrompre par ses sentiments.
    Jessica replaça son casque sur sa tête et reprit ses arts martiaux : elle était éreintée, mais elle se reposerait plus tard. Elle était obsédée par la bataille qui serait la sienne, contre le plus puissant des justiciers de la Terre.
    Car ceux qui connaissaient la vérité sur la destinée de Tommy, laissé pour mort, ne l'avaient pas encore révélé, afin d'entretenir la haine chez la Zeo Ranger d'Argent.
     
       En parallèle d’une arrivée de troupe, une autre quittait au même moment la Lune, mais cette fois-ci sans engin : la téléportation suffisait amplement tant la distance vers la planète bleue était courte.
     
    ***
     
       - C’est la troisième personne que nous prenons en charge depuis le début du conflit. Le Centre de Commandes est en train de devenir un hôpital.
    Rescapée miraculeuse de l’attaque qu’elle avait orchestrée à l’encontre du régiment de plutoniens, Naomi Tails demeurait dans un état stable, mais toujours inconsciente. Alpha 5 avait limité l’irréversibilité des blessures en intervenant de manière méthodique, et grâce à l’aide de John, aux bons conseils de Zordon et de ses banques de données internes. Une plaie avait été suturée afin d’éviter l’évacuation de sang. En revanche, il n’avait pu réparer le coude fracturé.
       - Il est bien plus sain pour elle de rester sans connaissance, certifia Zordon. Elle souffre moins.
     
       Dans la large civière de fortune, Naomi avait succédé à deux jeunes retraités, recueillis le mardi précédent : leur séjour avait été de si courte durée qu’ils ne se souviendraient pas de leur passage dans ce mystérieux endroit.
       Le vista-globe était resté en alerte constante depuis bien des journées, et son alarme résonnait à tue-tête.
    Transpirant, John avait retiré son haut de jogging et avait changé de t-shirt. Il contemplait l’écran sphérique qui suivait la présence d’aliens : pour le moment, aucune offensive n’était en cours mais la trêve serait, comme chaque jour, mise à mal.
       - Zordon, où en sommes-nous concernant la…
       - C’est toujours en progression. C’est une tâche relativement complexe qui suit son cours, et nous ne pouvons pas prendre le risque de la squeezer et d’en payer les conséquences. Rappelle-toi, cette erreur d’avoir voulu aller trop vite…
       - Oui, je m’en souviens, et ça nous a retardés à l’époque, et on aurait pu y rester.
       - Aie aie aie, je m’en souviens aussi, ajouta Alpha.
       - Ce n’est plus qu’une question de jours. Trois, quatre tout au plus.
    John revint vers le vista-globe, et pensa à sa famille, et surtout à son fils.
       - Mais où es-tu Jason… où êtes-vous, les Power Rangers ! Vous manquez à Angel Grove.
    Il ne put s’empêcher de retenir une larme.
    Au-dessus du globe, une boîte ressemblant à un réveil digital était suspendue : elle indiquait un nombre représentant un pourcentage : quatre-vingt six.
    Ce nombre obsédait John : il grimpait bien trop lentement à son goût. Et il manquait de temps.
       - Mon fils, où que tu sois retenu, je te sauverai, je te le promets. Avec ou sans pouvoir.
    avatar
    KL44
    Mighty Morphin Ranger
    Mighty Morphin Ranger

    Masculin Lion Dragon
    Messages : 73
    Date de naissance : 19/08/1988
    Date d'inscription : 24/01/2015
    Age : 30

    Re: MMPR saison 4, épisode 6 : La soumission de Pluton

    Message par KL44 le Sam 12 Jan - 8:00

    Bonjour,

    voici le second chapitre.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE 2
    Occupations
     
     
       A l’hôpital local, la situation devenait de plus en plus critique : la place manquait, et l’accueil de plaignants se faisait au compte-gouttes.
    Mais une chambre se libéra, faisant le plaisir de deux personnes en attente depuis plusieurs heures : par manque de surface disponible, des lits étaient ajoutés et la capacité était peu à peu doublée. Il fallait ensuite dépêcher des moyens humains supplémentaires, et des volontaires qui n’étaient pourtant pas membres du staff médical s’étaient manifestés spontanément pour un simple coup de main et pour soutenir les victimes et leurs familles.
       - Je suis soulagé de sortir de l’hosto, avoua Adam, qui boitillait à peine, et qui ne ressentait plus de grandes douleurs.
       - Nous sommes contents de te voir sur pieds, Rocky et moi, se réjouit Aisha en plaçant les bagages du convalescent dans le coffre de la petite citadine Mazda.
       - C’est gentil à vous, mais quel choc de sortir pour la première fois dehors, et de voir tout… ce chaos. Ce monde sans les Power Rangers fait froid dans le dos. Vous n’avez aucune nouvelle ?
    Cette impression était illustrée par l’épave d’une moto posée à-même le bitume, et qui brûlait à proximité de containers à verre vandalisés.
    Rocky répondit d’un mouvement de tête par la négation, avant de parler :
       - Toujours aucune nouvelle de nos amis.
       - Zordon est catégorique : aucun radar du centre n’est capable de les localiser.
       - Tant que les Power Rangers restent introuvables, le monde est à la merci des forces maléfiques.
    Adam n’avait pas imaginé un tableau aussi noir.
       - Vous êtes en train de me dire qu’il n’y a aucun espoir ? Sariu, Rita, le Seigneur Zedd… ils sont en passe de gagner ?
    Le visage fermé, Aisha et Rocky baissèrent la tête.
       - Ne me dites pas qu’ils ont déjà gagné…
    Adam perdit le si peu de positif qu’il lui restait : le bien avait-il vraiment échoué ?
    Tous les combats menés, aux côtés des Rangers ou en tant que l’un d’entre eux, n’avaient-ils finalement été qu’un amas de victoires pour déboucher sur la défaite finale lors de l’ultime confrontation ?
    Avec sa machine à faire remonter le temps, le si inoffensif Finster avait-il porté l’estocade finale ?
     
       Dans un silence de cathédrale, les trois amis désemparés prirent place dans la voiture qu’Aisha s’apprêtait à démarrer non sans difficultés, le moteur accusant un âge déjà avancé.
       - Adam, il y a peut-être, je dis bien peut-être, encore un infime espoir. Zordon et Alpha planchent sur une offensive légère mais réelle.
       - Ah bon, une offensive ?
       - Oui, commença Rocky, avant de se taire devant le spectacle qui se présenta subitement à eux.
     
       Sur le parvis de l’hôpital, dix individus gris venaient d’apparaître : neuf patrouilleurs et la Zeo Ranger d’Argent, munie de son puissant boomerang.
    Les rares passants prirent la fuite, laissant la Mazda seule victime potentielle.
       - Allez démarre, titine ! Démarre !!! déchanta Aisha.
    La Zeo Ranger avait entendu le moteur souffrir, signifiant qu’un ou plusieurs humains se trouvaient à bord de l’automobile.
       - Patrouilleurs, suivez-moi ! On va les intimider, puisque c’est ce qu’on me demande de faire.
    Dans le capricieux véhicule, la tension montait crescendo.
       - Non titine, pas ça titine, pas après tout ce que tu as fait, pas maintenant titine !
    A force de persister, le mécanisme se mit enfin à faire son travail :
       - OUI ! s’exclamèrent en cœur les trois amis.
    Au même moment, la Zeo Ranger d’Argent débarqua sur le capot avant de la voiture, froissant la carrosserie suite au contact avec ses pieds. Le moteur s’enraya et cala.
       - NON !!!
    Rocky savait que pour survivre, ils allaient devoir quitter le véhicule pris d’assaut.
       - On sort, et on court vers… vers là-bas, au niveau du jardin avec le bassin pour enfants. Et après, à gauche, puis on court tout droit !
       - D’accord ! valida Aisha.
       - C’est compris ! acquiesça, derrière, Adam.
       - Go !!!
    Aisha et Rocky s’extirpèrent chacun de leur côté. Ce dernier tenta de baisser rapidement son siège afin de laisser sortir l’ancien Turbo Ranger Vert – la Mazda était une version non équipée de portes arrières – mais il ne put aider son ami, attrapé au niveau du cou par deux patrouilleurs bien décidés à en découdre.
       - Lâchez-le ! cria Aisha, prête à en découdre malgré son absence de pouvoirs.
    Adam se détacha et voulut s’extraire en pliant le siège, mais le mécanisme était grippé.
     
    ***
     
       Les démoniaques projets qui avaient le vent en poupe, des soldats en renfort : Rita Repulsa se sentait bien, décontractée, et sa migraine disparaissait au fil des nuits.
       - Et ma migraine disparait au fil des nuits.
       - Et je n’ai toujours pas envie de faire des galipettes avec toi, avec ou sans migraine.
       - Moi non plus, quadruple buse ! J’ai mieux à faire, avec mon télescope.
       - Comment ça ?
       - J’admire le spectacle plus bas, sur cette planète bleue. La Zeo Ranger d’Argent a retrouvé la trace de deux copains des Power Rangers : Aisha Campbell et Rocky DeSantos.
       - Bonne nouvelle !
       - Oui ! On élimine peu à peu les ultimes personnes liées aux Rangers, afin d’isoler le monde.
       - La Zeo Ranger n’a pas l’ordre de les éliminer. Sariu leur a réservé un tout autre sort, du moins pour le moment.
     
    ***
     
       - Tiens tiens, je crois qu’on connaît du monde en commun ! ricana la Zeo Ranger d’Argent, faisant face à Aisha, pendant que Rocky avait réussi sans mal à s’extirper de l’emprise de patrouilleurs pas franchement revigorés : quelques semaines plus tôt, le coffre de la plantation des anges, enfoui à proximité, aurait décuplé les pouvoirs des aliens.
       - Sale Ranger, je peux te dire que ça me fait mal de te voir porter un costume de Ranger pour servir des types qui ne veulent que la guerre et la désolation !
    La Zeo Ranger, qui avait vu que quelqu’un se débattait pour sortir de l’arrière de la voiture, laissa les patrouilleurs agir.
       - Patrouilleurs, affaiblissez-moi cette vermine.
    Les sbires aux déambulations grotesques tentèrent de s’exécuter mais, même sans la moindre force mystique, les deux jeunes n’eurent que peu de peine à les désintégrer.
    Mais, venant d’une téléportation, trois soldats plutoniens intervinrent et les attrapèrent, et les immobilisèrent au sol sur le trottoir. La Zeo Ranger d’Argent, intrigué par le troisième individu, ne détecta pas cette arrivée surprise.
       - Lâchez-nous, sales vermines !
       Adam réussit enfin à s’extraire du véhicule. Il s’arma d’une barre de fer abandonné à proximité d’un candélabre, sans passer inaperçu aux yeux de Jessica.
    Elle reconnut celui qui l’avait sauvée d’une attaque de son propre rang dans la Maison des Jeunes.        - Eh toi, la Ranger de Rita !
    Elle se tourna et découvrit la présence des trois alliés sous les ordres du prince de Pluton.
       - Que puis-je faire pour vous ?
    Adam avait eu le temps de se cacher derrière la voiture : les plutoniens ne pouvaient pas le voir, et il profiterait d’un moment d’inattention de la Zeo Ranger d’Argent pour tenter de sauver ses amis.
    Mais il n’en aurait pas l’occasion.
       - On téléporte ces deux humains sur la Lune, ordre de notre prince.
       - Ce ne sont pas les ordres que j’avais reçues… c’était à moi de les emmener devant Sariu et le Seigneur Zedd…
       - Notre prince a dû estimer que cette mission nous revenait davantage, répondit le second agent à la peau jaune.
       - Les humains restent moins fiables que les plutoniens, ajouta le troisième.
       - Donc plus faibles, enchérit le second.
    La Zeo Ranger d’Argent ne ressentait aucune haine envers les plutoniens, mais les propos l’agaçaient crescendo. Elle était dans le même rang, alors elle estimait mériter le respect, même en étant une femme née sur Terre.
    Cependant, elle se rallia aux injonctions sans broncher à voix haute.
       - C’est bien compris, je ferai selon la volonté de votre prince.
       - Très bien. Nous y allons. Téléportation !
       - Non, lâchez-nous !!! cria Rocky en tentant vainement de se débattre.
    En seule guise de réponse, les trois aliens ricanèrent avant de disparaître avec leurs otages.
     
       Enervée, Jessica se retourna vers Adam mais ce dernier ne s’était pas attardé et avait profité de la situation pour s’éclipser.
       «  Et voilà. Non seulement on me vole mon butin, mais en plus, je n’ai aucune miette à offrir ».
    Si elle avait agi seule, elle aurait transféré trois prisonniers.
    Si Adam s’était échappé, c’était à cause des plutoniens. Ce n’était nullement de sa faute à elle.
       «  Bien joué, Adam Park, tu t’en es bien sorti cette fois-ci, alors que tu ne jouais pas à armes égales. Nous nous retrouverons une prochaine fois ».
    Elle avait une dette envers Adam.
    Sans l’ex-Ranger Noir, elle serait déjà morte.

    Contenu sponsorisé

    Re: MMPR saison 4, épisode 6 : La soumission de Pluton

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 22 Jan - 7:32